Timios Stavros
Enregistré par
4
utilisateurs
Principaux #tags

#Musée

#Visites - Points d'intérêt

#Église

#Église - Cathédrale - Basilique - Chapelle

Vous êtes le propriétaire ?
Connectez-vous pour modifier vos informations et accéder à vos statistiques détaillées.
Accéder à votre espace

Approuvé par 1 partenaires officiels

CHYPRE

CHYPRE

Datant du XV e s., l'église de la Sainte-Croix (Τίμιος Σταυρός/Timios Stavros) a été remaniée dans les décennies qui ont suivi sa construction. Cela correspond à une période de profonds bouleversements politiques : la disparition de l'Empire byzantin (1453), le déclin des Lusignan et la prise de contrôle de Chypre par les Vénitiens (1489). Les principales fresques aujourd'hui visibles datent ainsi de 1521. Le thème développé ici est celui de " l'Invention de Croix ", c'est-à-dire, la redécouverte de la croix sur laquelle Jésus fut mis à mort et les miracles qui sont attribués à cette relique. Alors que catholiques et orthodoxes se querellent depuis le IV e s. pour savoir qui possède les reliques de la Vraie Croix, la question prend à Chypre et à cette époque particulière une dimension forcément polémique. Ce que le commanditaire a ici exigé, c'est la représentation de la vision des vainqueurs (catholiques) dans le lieu de culte des vaincus (orthodoxes). Pas seulement dans les choix stylistiques, clairement influencés par l'art occidental (enluminures médiévales, Renaissance italienne, etc.). Mais surtout dans le sens donné aux peintures. Cela est frappant dans la partie nord où l'on peut voir le motif d'une grande croix adorée par des anges. En fait, avant 1521, figuraient à cet emplacement des scènes de la vie de Constantin (premier empereur romain d'Orient) et de l'Exode (un thème cher aux Byzantins réfugiés à Chypre après la prise de Constantinople). Un peu plus à gauche, toujours au nord, c'est la scène de la Glorieuse Exaltation de la Croix qui a été remaniée. Selon la légende, c'est Hélène, mère de Constantin, qui a découvert la relique de la Sainte-Croix en 326 à Jérusalem. La peinture originale a été effacée. Hélène est bien représentée, mais dans une posture bien moins prestigieuse qu'elle ne devait l'être au départ. Enfin, sous la chaire qui s'élève entre les deux escaliers, deux groupes d'hommes sont représentés selon un schéma byzantin classique. Il s'agit effectivement d'une peinture originale. Sauf que quelques années plus tard, une croix latine décorée de pierres a été ajoutée à la scène. Autant de symboles difficiles pour nous à décrypter aujourd'hui, mais qui à l'époque étaient perçus comme des messages politiques très clairs. L'entrée de l'église accueille un petit musée ecclésiastique avec une collection d'objets liturgiques et d'icônes qui s'enrichit lentement d'année en année. La plupart des pièces sont récentes (XIX e et XX e s.), mais on compte au moins un livre de prière du XVI e s. et une icône d'Agia Mariana (provenant d'une église voisine) qui date du XIII e s.

La meilleure expérience Mapstr est sur l'application mobile.
Enregistrez vos meilleures adresses, partagez les plus belles avec vos amis, découvrez les recommendations de vos magazines et influcenceurs préférés.