La Maison Creole Eureka

La Maison Creole Eureka

Moka Mauritius

http://maison-eureka.restaurant.mu/
+2304338477
Enregistré par
21
utilisateurs
Principaux #tags

#Restaurant

#Visite

#A visiter

#A voir

Vous êtes le propriétaire ?
Connectez-vous pour modifier vos informations et accéder à vos statistiques détaillées.
Accéder à votre espace

Approuvé par 1 partenaires officiels

MAURICE

MAURICE

Ancienne propriété de ses aïeux, Eurêka est le domaine que l'écrivain français Jean-Marie Gustave Le Clézio décrit dans son roman Le Chercheur d'or . La maison, qui date de la première moitié du XIX e  siècle, a été construite par un Anglais, M. Kerr, qui souhaitait se rapprocher de la résidence du gouverneur de l'île, située au Réduit. Elle fut rachetée en 1856 par une famille de sucriers d'origine française, les Le Clézio. Six générations s'y succédèrent, avant que des histoires de famille, aussi croustillantes que tortueuses, conduisent à la mise en vente de la demeure. Celle-ci fut rachetée en 1984 par Jacques de Maroussem, lié aux Le Clézio par sa femme et actuel propriétaire des lieux. D'emblée, il décida de transformer Eurêka en musée, ce qui eut le don de créer la zizanie dans les rangs des aristocrates ! Honni et détesté de la plupart des membres de sa belle-famille, Jacques de Maroussem eut le plus grand mal à rassembler des meubles anciens pour décorer la maison... Mais la venue du duc et de la duchesse d'York eut raison des rancoeurs familiales. En juin 1987, au cours d'un séjour à Maurice, les deux membres de la couronne d'Angleterre émettent le souhait de déjeuner à Eurêka. Aussitôt, meubles et accessoires affluent de la part de tous les héritiers. Si une grande partie des objets décoratifs a été rendue à leurs propriétaires, la demeure est riche de mobilier de styles anglais, français, indien et chinois. Aujourd'hui, le rez-de-chaussée abrite plusieurs salons en enfilade, une grande salle à manger et sa table dressée, une curieuse salle de bains ancienne, des chambres, quelques gravures, des tableaux, des photographies jaunies par le temps... Sur trois côtés, une varangue au charme colonial s'ouvre sur le parc et l'imposante montagne Ory. Et partout règne la fraîcheur et le charme désuet d'un lieu empli de souvenirs... Car la demeure exhale les époques révolues et invite davantage à une déambulation poétique qu'à une visite de curiosité. On y sera sensible à l'éclectisme des antiquités, aux jeux d'ombre et de lumière sous la varangue, au calme absolu des différentes salles, percées de 109 portes et fenêtres. Les amoureux de la nature ne manqueront pas d'aller se promener dans la ravine, pour observer quelques espèces d'arbres endémiques - ébénier rouge, bois chenille, bois cyclone.... Là, au coeur d'une végétation exubérante, un petit chemin mène à la rivière Moka qui, à cet endroit précis du domaine, a creusé des vasques à remous naturels sous des cascades. Les ancêtres des Le Clézio y firent aménager des banquettes de roches et s'en servirent de bains... De nos jours, on peut encore s'y offrir une trempette revigorante.

La meilleure expérience Mapstr est sur l'application mobile.
Enregistrez vos meilleures adresses, partagez les plus belles avec vos amis, découvrez les recommendations de vos magazines et influcenceurs préférés.