Al Ayjah

Al Ayjah

Al Ayjah Sur Oman

Enregistré par
4
utilisateurs
Principaux #tags

#A visiter

#Rue - place - quartier...

#Visites - Points d'intérêt

Vous êtes le propriétaire ?
Connectez-vous pour modifier vos informations et accéder à vos statistiques détaillées.
Accéder à votre espace

Approuvé par 1 partenaires officiels

OMAN

OMAN

Sur et Al Ayjah sont séparées par le canal maritime qui alimente les eaux de la lagune. Depuis des siècles, les boutres entrent et sortent, les marins s'embarquent, les ouvriers sculptent les poupes en fer à cheval. Pour traverser, il fallait une barque ou bien faire le grand tour par le fond de la lagune, soit une dizaine de kilomètres. Mais l'Etat, qui en Oman vous l'avez constaté ne compte pas pour les travaux d'infrastructure routière, a décidé en 2010 d'offrir à Sur le premier pont suspendu du pays. Pour aborder Ayjah, on conseille aux marcheurs, si la température s'y prête, de laisser le véhicule côté Sur et de traverser ce magnifique ouvrage de 204 m à pied. Enquête faite, ses architectes sont, sans surprise, les Allemands de Schlaich-Bergermann, leaders mondiaux des ouvrages à portée suspendue, auteurs notamment de nombreux stades de la coupe du monde de foot en Afrique du Sud, mais aussi du projet de passerelles piétonnes du Mont Saint-Michel. Au débouché du pont, suivre vers la gauche pour atteindre rapidement le petit fortin implanté au centre du village blanchi à la chaux (Al Hamooda Fort, dimanche au jeudi de 8h30 à 14h30, entrée 500 baizas). Une déambulation en liberté est vivement conseillée, en passant par les rives de la lagune et en remontant jusqu'au phare pour une vue superbe sur les eaux d'une couleur invraisemblable. Mais pourquoi ce bourg longtemps isolé, à la barbe de Sur ? Et ce développement architectural très différent ? Les historiens nous apprennent qu'Al Ayjah, comme Al Ashkhara un peu plus au sud, est une terre wahhabite, chose extrêmement rare en Oman. Ainsi, en 1928, les cheikhs rebelles des Beni Bu Ali établirent ici un poste de douane indépendant et hissèrent un drapeau pour marquer leur souveraineté. Ils adoptèrent la règle du sunnisme wahhabite à la Saoudienne, comme le firent un peu plus tard dans le Golfe les Qatariens. L'affaire, évidemment, ne fut pas du goût du Sultan, qui demanda un coup de main aux Britanniques pour faire rentrer ces agités dans le rang. Un réglement qui dura tout de même 24 mois. Les révolutionnaires sont un lointain souvenir mais le rigorisme religieux est toujours d'actualité, ce qui explique la présence systématique du voile facial chez les femmes. Songez donc, mesdames, à ne pas faire la visite en tenue ibizienne.

La meilleure expérience Mapstr est sur l'application mobile.
Enregistrez vos meilleures adresses, partagez les plus belles avec vos amis, découvrez les recommendations de vos magazines et influcenceurs préférés.