Vasa

Vasa

Galärvarvsvägen 14, 115 21 Stockholm, Suède

https://www.vasamuseet.se/
+46851954800
Enregistré par
1 281
utilisateurs
Principaux #tags

#musee

#visite

#essayer

#a voir

Vous êtes le propriétaire ?
Connectez-vous pour modifier vos informations et accéder à vos statistiques détaillées.
Accéder à votre espace

Approuvé par 4 partenaires officiels

STOCKHOLM

STOCKHOLM

Ce musée (le plus visité du pays) expose le seul navire du XVII e  siècle conservé à 98 %. À l'intérieur, outre l'immense navire visible de tous les endroits du musée, on peut trouver des squelettes de marins morts durant le naufrage, des films sur l'histoire du vaisseau royal, des centaines d'objets retrouvés dans l'épave, des simulateurs informatiques pour voir si vous auriez pu éviter au bateau de couler dès sa sortie inaugurale... Pratique. Les expositions illustrent sous de multiples angles l'histoire du navire et de son époque. L'auditorium diffuse continuellement un film consacré au Vasa, projeté en français à 10h40, 14h et 15h40. Les visites guidées, qui durent 25 minutes, sont en anglais mais il est possible de télécharger un audioguide en français sur l'application du musée. Depuis l'arrière-cour du musée, la vue donne sur les belles îles de Skeppsholmen et Kastellholmen, et derrière le musée sont amarrés deux autres navires, plus modernes ceux-ci, qu'il est aussi possible de visiter. L'un est un bateau-phare et l'autre un brise-glace. Le nouveau musée Vasa a été inauguré en 1990 par le roi Charles XVI Gustave. Cet édifice de 12 540 m², unique en son genre, constitue désormais l'une des attractions majeures de Stockholm. Le vaisseau, placé dans le fond d'un vieux bassin de radoub de 1879, trône au centre de la vaste salle. L'entrée est au niveau de la ligne de flottaison supposée, et le sol pavé fait penser à un quai. Le plafond de béton s'élève très haut au-dessus du pont, pour donner place aux deux bas-mâts originaux et aux copies du bas-mât d'artimon et de beaupré. Le plafond s'abaisse ensuite en draperie pour atteindre presque le niveau du sol sur l'un des côtés de l'édifice. Les parties supérieures des mâts, qui manquent, sont évoquées à l'extérieur par la mâture très stylisée qui surmonte le toit en cuivre du musée. Des galeries sont aménagées pour le public sur sept niveaux, de la quille au sommet du château arrière. Les murs sont en béton brut ou peint. Outre les sections pavées, les sols sont en pin et en pierre calcaire. Histoire du vaisseau royal Vasa. Une véritable oeuvre d'art. Le 16 janvier 1625, le roi Gustave II Adolphe signe avec le constructeur de navires Henrik Hybertsson le contrat de construction de Vasa. Plus de mille chênes sont abattus en vue des travaux. L'année suivante, la mise en chantier du Vasa débute à Skeppsgården, sur Blaiseholmen, en plein coeur de Stockholm, quai Nybrokajen. Quatre cents hommes y participent et on commence à couler les canons de bronze. A la mort du constructeur, en 1627, la suite des travaux est confiée à Hein Jakobsson. Trois ans durant, charpentiers, scieurs, cordiers, verriers, voiliers, peintres, buffetiers, sculpteurs sur bois et autres hommes de métier travailleront à la construction du nouveau vaisseau de la marine, un vaisseau royal, nom réservé au XVII e  siècle aux plus grands des bâtiments de guerre. Le Vasa, avec ses 64 canons de gros calibre et ses mâts de plus de 50 m de hauteur (qui sont les seules pièces ajoutées du bateau), est appelé à en être le fleuron. Non seulement ses canons mais la profusion de ses sculptures rendent le navire particulièrement impressionnant : une tête de lion rugissant, des anges, des démons, des guerriers, des ménétriers, des empereurs et des dieux... Au total, 400 figures sculptées et 300 ornements en bois taillé. Le lion symbolisait le roi et la puissance suédoise dans sa lutte contre les catholiques et l'empereur allemand. Gustave II Adolphe était pour ses contemporains le Lion du Nord. En 1628, le navire est amarré au pied du château royal et l'on achemine à son bord lest, boulets et canons. Le 10 août, un dimanche, le Vasa entame son voyage inaugural. Ce sera le dernier... Car sous l'effet d'une soudaine bourrasque, le navire chavire et coule à la hauteur de l'île de Djurgården, après un trajet de 1300 m. Personne ne portera la responsabilité de la catastrophe. Les tentatives de renflouer le navire échoueront. La découverte et le renflouage. Au cours des années 1950, Anders Franzén, un ingénieur et grand amateur d'archéologie, se met à la recherche du Vasa dans les eaux de Stockholm, avec l'espoir de le récupérer en bon état. Les recherches ne sont pas une mince affaire. Durant des années, les eaux du port ne livrent que vieux vélos, fourneaux rouillés, sapins de Noël ou cadavres de chats. En 1956, les efforts de Franzén, aidé du scaphandrier Per Edvin Fälting, aboutissent enfin : le vaisseau est repéré devant l'îlot de Beckholmen. Les deux hommes déploient alors toute leur énergie pour assurer son sauvetage. Et, en 1957, la Marine nationale et la société Neptun décident de participer au renflouage. Des scaphandriers creusent des tunnels sous le bâtiment, et des sculptures bien conservées sont ramenées à la surface. En 1959, d'épais filins sont passés sous le navire et la société Neptun le ramène en eau moins profonde. Le 24 avril 1961 a lieu le renflouage définitif. Quand, après 333 ans, le navire refait surface, les coffres des marins sont encore chargés de vivres, de vêtements et de menus objets personnels. Des barils de viande sont rangés dans la cale, la table de l'amiral est en place dans sa cabine. Tout est là : les beaux services d'étain des officiers, les chandeliers de bronze, les lanternes... et le chat du bord ! Au cours des années suivantes, les scaphandriers continueront à fouiller les fonds d'où ils ramèneront des centaines de sculptures sur bois. Le Vasa a été installé sur un ponton en béton entouré d'une structure en aluminium qui servira de musée provisoire, un musée que visitaient déjà 10 millions de personnes en 1986.

Lancôme's Happiness Map

Lancôme's Happiness Map

Located on the island of Djurgården, the museum displays the only almost fully intact 17th century ship that has ever been salvaged, the 64-gun warship Vasa that sank on her maiden voyage in 1628.

Sean Glass

Sean Glass

Céline Ducrettet

Céline Ducrettet

Ce qu'en disent les utilisateurs

Vascello del 1600. Unico al mondo

@mattio

by Marianne Dahlbäck and Göran Månsson

@lorenzo.marco00

Musée sur un navire du 17eme siècle Horaires : 10h - 17h Tarif : 17€

@Milefy

musée construit autour d'un bateau, stylé et à faire ! 🧨 il vaut mieux retourner manger dans le centre plutôt que sur Djurgården ou faire un picnic !

@flora.ardenti

Musée construit autour de l'épave entière d'un navire de guerre, racontant l'histoire de la construction de celui-ci et comment il a coulé dans le port de Stockholm lors de sa mise à flots

@Justinedo

Musée trop cool, environ 2h de visite https://www.vasamuseet.se/fr

@leomhls

The best museum to do in Stockholm. Kind of expensive but it is worth the price. Unique museum anywhere with online audio guide !! Strongly recommend !

@luchufschmitt

très sympa bien que un peu cher pour ce que c'est il y a un audioguide en ligne très sympa mais c'est dommage que les stations audio soient mal placées/ indiquées

@victoire.durand

Musée / bateau d’époque / épave

@emma.revilliod

Ce bateau !!! Il a (bêtement) sombré en 1628. Musée remarquable. Endroit magique

@sabi0669

L’une des attractions les plus populaires de Stockholm. Sa pièce majeure est le vaisseau vieux de plusieurs siècles, le Vasa, coulé en 1628. Il fût récupéré en 1961, une affaire dramatique et complexe. C’est le navire du 17ème siècle le mieux préservé au monde et le musée le plus visité de Scandinavie.

@lestutosdelau

Incroyable, un bateau immense sorti de l'eau intact et préservé dans un bâtiment construit spécialement pour lui !

@jeremy.abat.jour

10-17h, 8h30-18h en été, tram depuis la gare de Stockholm direct. Payant

@clemence.reydel

Ce musée (le plus visité du pays) expose le seul navire du XVII e  siècle conservé à 98 %. À l'intérieur, outre l'immense navire visible de tous les endroits du musée, on peut trouver des squelettes de marins morts durant le naufrage, des films sur l'histoire du vaisseau royal, des centaines d'objets retrouvés dans l'épave, des simulateurs informatiques pour voir si vous auriez pu éviter au bateau de couler dès sa sortie inaugurale... Pratique. Les expositions illustrent sous de multiples angles l'histoire du navire et de son époque. L'auditorium diffuse continuellement un film consacré au Vasa, projeté en français à 10h40, 14h et 15h40. Les visites guidées, qui durent 25 minutes, sont en anglais mais il est possible de télécharger un audioguide en français sur l'application du musée. Depuis l'arrière-cour du musée, la vue donne sur les belles îles de Skeppsholmen et Kastellholmen, et derrière le musée sont amarrés deux autres navires, plus modernes ceux-ci, qu'il est aussi possible de visiter. L'un est un bateau-phare et l'autre un brise-glace. Le nouveau musée Vasa a été inauguré en 1990 par le roi Charles XVI Gustave. Cet édifice de 12 540 m², unique en son genre, constitue désormais l'une des attractions majeures de Stockholm. Le vaisseau, placé dans le fond d'un vieux bassin de radoub de 1879, trône au centre de la vaste salle. L'entrée est au niveau de la ligne de flottaison supposée, et le sol pavé fait penser à un quai. Le plafond de béton s'élève très haut au-dessus du pont, pour donner place aux deux bas-mâts originaux et aux copies du bas-mât d'artimon et de beaupré. Le plafond s'abaisse ensuite en draperie pour atteindre presque le niveau du sol sur l'un des côtés de l'édifice. Les parties supérieures des mâts, qui manquent, sont évoquées à l'extérieur par la mâture très stylisée qui surmonte le toit en cuivre du musée. Des galeries sont aménagées pour le public sur sept niveaux, de la quille au sommet du château arrière. Les murs sont en béton brut ou peint. Outre les sections pavées, les sols sont en pin et en pierre calcaire. Histoire du vaisseau royal Vasa. Une véritable oeuvre d'art. Le 16 janvier 1625, le roi Gustave II Adolphe signe avec le constructeur de navires Henrik Hybertsson le contrat de construction de Vasa. Plus de mille chênes sont abattus en vue des travaux. L'année suivante, la mise en chantier du Vasa débute à Skeppsgården, sur Blaiseholmen, en plein coeur de Stockholm, quai Nybrokajen. Quatre cents hommes y participent et on commence à couler les canons de bronze. A la mort du constructeur, en 1627, la suite des travaux est confiée à Hein Jakobsson. Trois ans durant, charpentiers, scieurs, cordiers, verriers, voiliers, peintres, buffetiers, sculpteurs sur bois et autres hommes de métier travailleront à la construction du nouveau vaisseau de la marine, un vaisseau royal, nom réservé au XVII e  siècle aux plus grands des bâtiments de guerre. Le Vasa, avec ses 64 canons de gros calibre et ses mâts de plus de 50 m de hauteur (qui sont les seules pièces ajoutées du bateau), est appelé à en être le fleuron. Non seulement ses canons mais la profusion de ses sculptures rendent le navire particulièrement impressionnant : une tête de lion rugissant, des anges, des démons, des guerriers, des ménétriers, des empereurs et des dieux... Au total, 400 figures sculptées et 300 ornements en bois taillé. Le lion symbolisait le roi et la puissance suédoise dans sa lutte contre les catholiques et l'empereur allemand. Gustave II Adolphe était pour ses contemporains le Lion du Nord. En 1628, le navire est amarré au pied du château royal et l'on achemine à son bord lest, boulets et canons. Le 10 août, un dimanche, le Vasa entame son voyage inaugural. Ce sera le dernier... Car sous l'effet d'une soudaine bourrasque, le navire chavire et coule à la hauteur de l'île de Djurgården, après un trajet de 1300 m. Personne ne portera la responsabilité de la catastrophe. Les tentatives de renflouer le navire échoueront. La découverte et le renflouage. Au cours des années 1950, Anders Franzén, un ingénieur et grand amateur d'archéologie, se met à la recherche du Vasa dans les eaux de Stockholm, avec l'espoir de le récupérer en bon état. Les recherches ne sont pas une mince affaire. Durant des années, les eaux du port ne livrent que vieux vélos, fourneaux rouillés, sapins de Noël ou cadavres de chats. En 1956, les efforts de Franzén, aidé du scaphandrier Per Edvin Fälting, aboutissent enfin : le vaisseau est repéré devant l'îlot de Beckholmen. Les deux hommes déploient alors toute leur énergie pour assurer son sauvetage. Et, en 1957, la Marine nationale et la société Neptun décident de participer au renflouage. Des scaphandriers creusent des tunnels sous le bâtiment, et des sculptures bien conservées sont ramenées à la surface. En 1959, d'épais filins sont passés sous le navire et la société Neptun le ramène en eau moins profonde. Le 24 avril 1961 a lieu le renflouage définitif. Quand, après 333 ans, le navire refait surface, les coffres des marins sont encore chargés de vivres, de vêtements et de menus objets personnels. Des barils de viande sont rangés dans la cale, la table de l'amiral est en place dans sa cabine. Tout est là : les beaux services d'étain des officiers, les chandeliers de bronze, les lanternes... et le chat du bord ! Au cours des années suivantes, les scaphandriers continueront à fouiller les fonds d'où ils ramèneront des centaines de sculptures sur bois. Le Vasa a été installé sur un ponton en béton entouré d'une structure en aluminium qui servira de musée provisoire, un musée que visitaient déjà 10 millions de personnes en 1986.

@elisa.passeron

Super musée sur l’histoire d’un navire de guerre qui a coulé 1000m après son départ à cause du vent.

@coline.raczka

Très beau musée à voir absolument, scénographie impressionante

@sefairefood

La meilleure expérience Mapstr est sur l'application mobile.
Enregistrez vos meilleures adresses, partagez les plus belles avec vos amis, découvrez les recommendations de vos magazines et influcenceurs préférés.