Restaurant Pierre Gagnaire

Restaurant Pierre Gagnaire

6 Rue Balzac, 75008 Paris, France

http://www.pierre-gagnaire.com/
+33158361250
Enregistré par
1 480
utilisateurs
Principaux #tags

#restaurant

#gastronomique

#essayer

#francais

Vous êtes le propriétaire ?
Connectez-vous pour modifier vos informations et accéder à vos statistiques détaillées.
Accéder à votre espace

Approuvé par 13 partenaires officiels

Guide Michelin

Guide Michelin

Price range : 98 - 400 EUR

Figaroscope

Figaroscope

Pierre Gagnaire, c'est tout un univers. Ici on sert, entre autres, un menu « du marché » et un « du printemps ».

RELAIS & CHÂTEAUX

RELAIS & CHÂTEAUX

Restaurant en ville.

Guide Lebey 2020 des Restaurants

Guide Lebey 2020 des Restaurants

Pierre Gagnaire le clame haut et fort « ma cuisine a changé ». Mi-curieux, mi-incrédule, osant ainsi plagier saint Thomas, nous mettons donc le cap sur la rue Balzac. Premier constat, s’agissant du décor de la salle, aux allures d’amphithéâtre : peu ou prou de changement. Nichée au premier balcon, notre table fait office de loge. A l’orchestre, sur la scène principale, le personnel de service - 15 employés pour 46 couverts - exécute un balai magistral. Dans les coulisses, en cuisine, les acteurs sont encore plus nombreux : 18 en tout. Le metteur en scène vient en personne saluer son public. Arrive le moment de frapper les trois coups, en optant pour le menu « Le Déjeuner » (à 90 €). Une pièce en trois actes qui ne se donne qu’en matinée. La représentation s’apparente davantage à une symphonie qu’à un spectacle de théâtre ; une symphonie wagnérienne s’entend, tant la cuisine de Gagnaire est généreuse et démonstrative. Les pains maison sont délicieux et croustillants, l’onctueux beurre de Thierry Lemarchand absolument sublime. Un OVNI élaboré à partir de lait de « froment du Léon », une race bovine celtique (il faut 17 litres de lait pour produire un kilo de beurre). Les amuse-bouche, nombreux, variés, inventifs, forment une farandole sensorielle. L’entrée se compose de cinq déclinaisons, essentiellement marines : huître boudeuse, marinière de coques, maquereau Yosuke, anchois cantabrique et artichaut calico. Les saveurs s’emboîtent comme dans un jeu de LEGO. Vient ensuite la pintade de Chalosse finie au lait, avec ses accompagnements : déstructurée et saisissante, comme un tableau de Picasso. Quelques desserts sobrement signés Pierre Gagnaire viennent en point d’orgue. Coté vins, la carte recèle nombre de bons plans pour qui sait les repérer. Par exemple, l’Amarone della Valpolicella « Monte Lodoletta » 2010 de dal Forno à 390 €. Mais si vous voulez rester couleur locale, essayez le Châteauneuf-du-Pape rouge 2017, « GARI ». Un scoop, car c’est le premier millésime de cette cuvée du patron, un 100 % grenache tiré à 700 exemplaires. Le rideau tombe. Même si elle a évolué, surtout en matière de lisibilité, la cuisine de Gagnaire a conservé toute sa fulgurance, sa force, sa logique débridée, échevelée. Saint-Thomas est rassuré.

Les restos des candidats et du jury de Top Chef

Les restos des candidats et du jury de Top Chef

Épisode 4 : chef Pierre Gagnaire sur l'épreuve du soufflé en 1h.

PARIS RESTO

PARIS RESTO

Un repas chez Pierre Gagnaire n'est pas un repas, mais bien plutôt une aventure culinaire qui nous transporte loin des sentiers bien balisés de la haute gastronomie parisienne. Ça commence avec une carte dont chacune des propositions se voit décrite dans ses moindres détails sur pas moins de six à huit lignes. Et effectivement, comme en Asie, la table se couvrira rapidement d'une multitude de petites assiettes à chaque service. Et ce qui frappe, c'est l'inspiration et la créativité débridée du chef, de même qu'une remise en cause permanente d'une certaine forme de bienséance gastronomique : Pierre Gagnaire ne s'interdit rien, sa palette de goûts est infinie, déroutante parfois aussi. Ainsi d'un sirop de poivron rouge qui accompagne un biscuit soufflé à la vanille. Avec le risque d'une cuisine parfois inégale, conclusion logique de ce qui précède. D'où quelques (rares) déceptions pour une table que l'on réservera aux initiés et plus largement à une catégorie d'amis dont on s'assurera de l'ouverture d'esprit, de la fantaisie et du non-conformisme, trois qualités absolument nécessaire pour profiter pleinement de ce restaurant décidément bien peu ordinaire.

In the Loup - a foodie's world map

In the Loup - a foodie's world map

Bouffons Podcast

Bouffons Podcast

Les Adresses de Charlotte

Les Adresses de Charlotte

Jennifer Taieb

Jennifer Taieb

Léa Camilleri

Léa Camilleri

La map handi-friendly par Wheeled World !

La map handi-friendly par Wheeled World !

Hôtel Bachaumont

Hôtel Bachaumont

Ce qu'en disent les utilisateurs

Le goat, exceptionnel. Avec les 3 cons

@n.ducatillon2

cuisine créative 98 – 400€ Pierre Gagnaire +33 1 58 36 12 50 ouvert du lundi au vendredi midi et soir réservation 2 mois à l'avance, 200€/pax si annulation moins de 24h. 5-10 minutes de l'hôtel en voiture

@edouard2r

Liste meilleurs resto du monde 2022

@margauxpavesi

L’un de mes souvenirs le plus mémorable d’un établissement gastronomique !

@jb_one

3 étoiles - incroyable, fera du lac leman

@christine.chiu

Three Stars. Original Kitchen for an nice experience.

@HotelLesDeuxGares

Épisode 4 : chef Pierre Gagnaire sur l'épreuve du soufflé en 1h.

@topchef_mapstr

3* fabuleux - 8 juillet 2021- the best

@stephane.smr

7/10. Restaurant ***. Beau service, plats parfois en manque de finesse pour un trois étoiles. Mange très bien.

@acomeille

💰💰💰💰💰🍝🥂🍮🥄: grand nom de la cuisine française.

@badgalandy

Pierre Gagnaire, c'est tout un univers. Ici on sert, entre autres, un menu « du marché » et un « du printemps ».

@charlottochocolat

Dans un cadre sobre et design, le chef Pierre Gagnaire propose des plats gastronomiques aux saveurs créatives.

@borisha

un très grand chef.. (c'est un grand monsieur, un artiste.. 16 étoiles pardon du peu)

@roseroland

Pierre Gagnaire le clame haut et fort « ma cuisine a changé ». Mi-curieux, mi-incrédule, osant ainsi plagier saint Thomas, nous mettons donc le cap sur la rue Balzac. Premier constat, s’agissant du décor de la salle, aux allures d’amphithéâtre : peu ou prou de changement. Nichée au premier balcon, notre table fait office de loge. A l’orchestre, sur la scène principale, le personnel de service - 15 employés pour 46 couverts - exécute un balai magistral. Dans les coulisses, en cuisine, les acteurs sont encore plus nombreux : 18 en tout. Le metteur en scène vient en personne saluer son public. Arrive le moment de frapper les trois coups, en optant pour le menu « Le Déjeuner » (à 90 €). Une pièce en trois actes qui ne se donne qu’en matinée. La représentation s’apparente davantage à une symphonie qu’à un spectacle de théâtre ; une symphonie wagnérienne s’entend, tant la cuisine de Gagnaire est généreuse et démonstrative. Les pains maison sont délicieux et croustillants, l’onctueux beurre de Thierry Lemarchand absolument sublime. Un OVNI élaboré à partir de lait de « froment du Léon », une race bovine celtique (il faut 17 litres de lait pour produire un kilo de beurre). Les amuse-bouche, nombreux, variés, inventifs, forment une farandole sensorielle. L’entrée se compose de cinq déclinaisons, essentiellement marines : huître boudeuse, marinière de coques, maquereau Yosuke, anchois cantabrique et artichaut calico. Les saveurs s’emboîtent comme dans un jeu de LEGO. Vient ensuite la pintade de Chalosse finie au lait, avec ses accompagnements : déstructurée et saisissante, comme un tableau de Picasso. Quelques desserts sobrement signés Pierre Gagnaire viennent en point d’orgue. Coté vins, la carte recèle nombre de bons plans pour qui sait les repérer. Par exemple, l’Amarone della Valpolicella « Monte Lodoletta » 2010 de dal Forno à 390 €. Mais si vous voulez rester couleur locale, essayez le Châteauneuf-du-Pape rouge 2017, « GARI ». Un scoop, car c’est le premier millésime de cette cuvée du patron, un 100 % grenache tiré à 700 exemplaires. Le rideau tombe. Même si elle a évolué, surtout en matière de lisibilité, la cuisine de Gagnaire a conservé toute sa fulgurance, sa force, sa logique débridée, échevelée. Saint-Thomas est rassuré.

@guidelebey2020.restaurant

Une institution ! http://nosbonnestables.canalblog.com/archives/2017/04/28/35130925.html

@jacketwalter

Pierre Gagnaire (3 ⭐️ depuis 1998)

@enrique.alvarez

3 Michelin stars €? 310 (445) Designed by Marcelo Joulia (Naço Agency), the restaurant’s new décor creates a bright and refined atmosphere. Marcelo and Pierre asked Adel Abdessemed to insert a tondo into the ceiling: his work depicts the animal world observing us, an animal world we’ve been able to rediscover during the 2020 lock-down. The chef maintains his approach of storytelling through gastronomy, closely following the seasons and affirming his strong attachment to producers, fishermen and breeders of all kinds. In the kitchen stands a table d’hôte called Georges Teissier (the name of the street in Saint-Étienne where Pierre Gagnaire got his start). A dark art piece by Lilian Euzéby overlooks guests who can step backstage and witness the silent frenzy of the kitchen.

@nchavotier

La meilleure expérience Mapstr est sur l'application mobile.
Enregistrez vos meilleures adresses, partagez les plus belles avec vos amis, découvrez les recommendations de vos magazines et influcenceurs préférés.