Cathédrale de la Nativité

Cathédrale de la Nativité

Kremlovskaya Ulitsa, 10, Suzdal, Vladimirskaya oblast', Russie, 601293

Enregistré par
1
utilisateurs
Principaux #tags

#Église - Cathédrale - Basilique - Chapelle

#Visites - Points d'intérêt

Vous êtes le propriétaire ?
Connectez-vous pour modifier vos informations et accéder à vos statistiques détaillées.
Accéder à votre espace

Approuvé par 1 partenaires officiels

RUSSIE

RUSSIE

Située dans le kremlin, la cathédrale est le monument le plus ancien de Souzdal. Elle a été construite au XIII e  siècle, mais n'a gardé de cette époque que sa partie inférieure en pierre, terminée par une frise d'arcature. Tout ce qui est au-dessus est en brique et c'est au XIX e  siècle que les coupoles ont été peintes en bleu et décorées d'étoiles dorées. Ses décors sculptés évoquent ceux des cathédrales de Vladimir. Les fenêtres ont été élargies au XVII e , pour remplacer les étroites meurtrières d'origine. La partie frontale est ancienne, l'arrière de l'édifice étant visiblement plus récent, comme le montrent de notables différences de teinte entre les deux parties. L'intérieur, réellement superbe, est ruisselant de dorures. Prévoyez donc des lunettes de soleil (et une petite laine, car même en plein été l'endroit est frais et quelque peu humide) avant de vous confronter à cette splendide iconostase de facture relativement classique dans sa composition, à quelques détails près (dans la hiérarchie en particulier : le Christ, qui devrait surmonter l'ensemble, se trouve au niveau du premier rang, à hauteur de la Vierge). Elle comporte cinq registres. Le registre supérieur est consacré aux personnages de l'Ancien Testament, le suivant aux prophètes. Le troisième est celui de la Deïsis (de la prière) : autour de Jésus au centre, on peut voir la Sainte Vierge, saint Jean-Baptiste, les archanges et les apôtres qui intercèdent en faveur du genre humain. Plus bas, se trouve le registre des fêtes évangéliques. Enfin, le dernier registre est consacré aux saints locaux. La Porte Sainte, au centre, représente l'Annonciation ainsi que les quatre évangélistes, en bas, chacun avec son symbole. La première icône à droite de la Porte Sainte représente le Sauveur, la seconde, une Nativité de la Sainte Vierge ; à gauche, on trouve une autre icône représentant la Vierge. Les deux registres supérieurs de cette iconostase ont été décapés et restaurés, tous les autres restent noircis par la fumée des cierges. La porte, à certains moments de l'office, s'ouvre sur un Christ en gloire. De chaque côté de l'iconostase, on peut voir les tombeaux à baldaquin des évêques Théodore et Jean. Les tombeaux des princes ont disparu : selon certains, les princes s'en sont allés directement au ciel avec leurs sépultures. La dernière rénovation des peintures, où le bleu roi a remplacé un cobalt bien plus léger, ne va pas dans le sens de la discrétion. Grâce aux travaux réalisés au XVII e  siècle, l'église est plus spacieuse et mieux éclairée qu'à l'origine, les tribunes ayant été démolies et les fenêtres élargies. L'ancienne porte de la cathédrale est remarquablement conservée, malgré tous les incendies et toutes les guerres que la ville a connus. Témoignant du grand essor culturel de Souzdal à la veille de l'arrivée des Tatars mongols, cet ouvrage d'artistes locaux du XIII e  siècle, superbement orné, a miraculeusement échappé à leurs déprédations. Les scènes y ont été gravées dans l'épaisse couche de laque recouvrant le cuivre rouge de la porte, puis recouvertes de mercure et d'or. Cette ancienne technique de dorure sur le feu, d'origine byzantine, consiste à cuire la pièce gravée à feu très doux, les résidus de mercure se mélangeant à l'or et venant combler les dessins gravés. Les gravures illustrent des scènes du Nouveau Testament : la Nativité de la Vierge, la Présentation de la Vierge, l'Annonciation, la Présentation de Jésus, le Baptême, la Transfiguration, une scène très impressionnante décrivant la Résurrection de Lazare devant des témoins terrifiés, l'Entrée à Jérusalem, où les ânes, n'étant pas des animaux familiers pour les Russes, sont représentés comme des mutants entre chèvre et cheval. On peut voir également sur cette porte la toute première représentation d'une fête religieuse, nouvelle pour l'époque, l'Intercession de la Sainte Vierge qui, par la suite, a servi de modèle à de nombreuses icônes. Les poignées de la porte étaient décorées d'émaux et de pierres précieuses, aujourd'hui disparus. Plus bas, la décoration a un caractère héraldique : griffons, lions, blasons des princes. Les lustres sont l'oeuvre d'artistes locaux du XVII e  siècle. Celui du centre fut offert à la cathédrale par le prince russe Ivan Chouiski (famille originaire de la ville de Souzdal, dont un des membres régna sur la Russie pendant deux ans). A gauche de l'entrée, la nécropole abrite de nombreux tombeaux de la famille Chouiski. A droite, entre les deux piliers, est exposée une grande lampe en cuivre, de 164 kg, qui, à l'occasion de la procession nocturne de la nuit de pâque, sortait de la cathédrale portée par douze hommes. Surmontée de cinq coupoles, elle rappelle un peu la cathédrale elle-même. Au fond à droite, une deuxième porte montre des scènes gravées illustrant l'Ancien Testament (Adam et Eve chassés du Paradis, Daniel dans la fosse aux lions...) et accompagnées d'inscriptions en vieux russe, de grande valeur pour les spécialistes. Pour faire un cadeau vraiment original, vous pouvez acheter un peu d'eau bénite de la cathédrale, dans un beau bénitier en forme de samovar. Par ailleurs, aux abords de la cathédrale, vous trouverez des calèches ainsi que des chevaux à louer, pour faire un tour du kremlin ou du village.

La meilleure expérience Mapstr est sur l'application mobile.
Enregistrez vos meilleures adresses, partagez les plus belles avec vos amis, découvrez les recommendations de vos magazines et influcenceurs préférés.