Old Bazaar Rooms

Old Bazaar Rooms

Rrugica Piro Lena, Korçë, Albanie

+355696509467
Enregistré par
4
utilisateurs
Principaux #tags

#Rue - place - quartier...

#Visites - Points d'intérêt

Vous êtes le propriétaire ?
Connectez-vous pour modifier vos informations et accéder à vos statistiques détaillées.
Accéder à votre espace

Approuvé par 1 partenaires officiels

ALBANIE

ALBANIE

Rénové depuis 2017, ce quartier est aujourd'hui l'un des endroits les plus agréables de la ville avec ses petites maisons en pierre, ses ruelles pavées et ses terrasses de cafés et restaurants. Histoire Période faste - Dominé par la mosquée Mirahori, le quartier fut le centre de la ville durant toute l'ère ottomane. Les artisans y étaient regroupés par rue en fonction des corps de métier, des boutiques et caravansérails attirant des marchands de tout l'Empire. Après la destruction du grand pôle commercial de Moscopole au XVIII e s., le bazar prit une nouvelle ampleur. Attirant les négociants de Trieste, Venise ou Vienne, il compta jusqu'à un millier de commerces, occupant alors une surface trois fois plus importante qu'aujourd'hui. Il se prolongeait à l'ouest jusqu'à l'actuel boulevard piétonnier Shën Gjergji avec des ponts enjambant une rivière désormais recouverte par le boulevard Fan Noli. D'abord construit en bois, le quartier fut plusieurs fois victime d'incendies. Le dernier, en 1878, fut particulièrement destructeur. C'est ainsi qu'il fut décidé de bâtir en " dur ", donnant aux places et ruelles leur apparence actuelle avec leurs maisons et boutiques en pierre taillée d'un ou deux niveaux. Déclin et réhabilitation - L'activité commença à décliner après l'indépendance (1912) lorsque Korça perdit les débouchés traditionnels de l'Empire ottoman. Mais le coup de grâce fut porté par la collectivisation imposée par le régime communiste à partir de 1944. Les artisans et petits commerçants disparurent et le quartier tomba en déshérence. C'est ici que l'on relégua la minorité rom de la ville. À la fin de la dictature, un grand marché informel s'y installa. Chaotique et haut en couleurs, celui-ci regroupait chaque matin des fermiers de la région proposant fruits, viande et légumes, des étals d'ustensiles en plastique chinois, des objets d'occasion posés à même le sol, des vendeurs de café ambulant, etc. En 2014, la municipalité entreprit de tout rénover pour attirer les touristes. Le marché fut déplacé et certains habitants roms chassés, tandis que les travaux commençaient : ruelles entièrement repavées, façades restaurées, assainissement... On lança aussi une grande opération pour attirer de nouveaux commerçants et artisans. Malgré un budget relativement modeste (1,5 million d'euros, essentiellement des aides internationales), le projet est plutôt réussi. Si les visiteurs albanais et étrangers adorent l'endroit, le quartier manque encore de vie : peu de gens y résident et la plupart des espaces commerciaux demeurent vides. Visite Place de la Liberté (Sheshi Lira) - Cette grande esplanade pavée accueille une demi-douzaine de bars et restaurants comme Osteria, Komiteti et Kooperativa. On y trouve aussi un magasin de souvenirs et un petit centre commercial. Caravansérails -  À l'entrée nord de la place de la Liberté . Le quartier compta jusqu'à 18 de ces auberges pour voyageurs et commerçants, typiques des cultures perse et ottomane. Il n'en reste que trois, dont deux qui ont conservé leurs caractéristiques : le Han i Elbasanit , qui était destiné aux marchands d'Elbasan, et le Han i Manastirit , pour les caravanes venant de Manastir (aujourd'hui Bitola, en Rép. de Macédoine). Situés l'un à côté de l'autre, ils sont conçus sur le même modèle : des bâtiments sur deux niveaux construits autour d'une cour. Les salles du rez-de-chaussée abritaient marchandises et montures, tandis que le 1 er étage servait d'hôtel. Ces deux caravansérails sont parmi les seuls qui subsistent en Albanie. Magasin Rakos (Dyqani i Rakos) -  Dans la partie sud du quartier (près de la mosquée Mirahori), à l'angle des rues Petraq Nasi et Alush Koprencka. Construit à la fin du XIX e s., cet immeuble d'angle de 3 niveaux est considéré comme l'un des plus beaux de la ville. Il appartenait à une famille de riches commerçants de Gjirokastra qui possédait bureaux et appartements dans les étages supérieurs avec balcons et ferronneries. Entièrement rénové en 2015, ses boutiques du rez-de-chaussée demeurent pour la plupart encore vides avec leur grand rideau de fer tristement fermé.

La meilleure expérience Mapstr est sur l'application mobile.
Enregistrez vos meilleures adresses, partagez les plus belles avec vos amis, découvrez les recommendations de vos magazines et influcenceurs préférés.