Pointe du Hoc

Pointe du Hoc

Cricqueville-en-Bessin France

Enregistré par
106
utilisateurs
Principaux #tags

#Visite

#Monument

#Musée

#Nature

Vous êtes le propriétaire ?
Connectez-vous pour modifier vos informations et accéder à vos statistiques détaillées.
Accéder à votre espace

Approuvé par 1 partenaires officiels

LIEUX DE MÉMOIRE EN FRANCE

LIEUX DE MÉMOIRE EN FRANCE

À quelques encablures de Grandcamp, le promontoire rocheux de la Pointe du Hoc fait figure de caprice de la nature. Suspendue entre ciel et mer à plus de 30 mètres au-dessus d'une crique encaissée, s'élève, aussi élancée que les remparts d'une forteresse, la masse imposante d'une falaise devenue célèbre. Fascinés par la disposition des lieux, les Allemands y édifièrent une batterie d'artillerie qu'ils voulurent imprenable. Très vite les alliés comprirent son importance stratégique et résolurent d'annihiler cette position dès l'aube du jour J. La mission fut confiée au 2 e bataillon de Rangers commandé par le lieutenant-colonel James E. Rudder. Malgré les bombardements intensifs dont les positions ennemies faisaient l'objet, le bataillon dut prendre d'assaut la falaise par grand vent et sous une pluie torrentielle. Armés de simples cordages et d'échelles, les Rangers firent l'ascension de la falaise en quelques minutes seulement. Au sommet ils découvrirent un paysage lunaire, émaillé de gigantesques crevasses et défiguré par les bombardements. Seuls face à l'ennemi, ils engagèrent un combat qui se révéla terriblement meurtrier. Sur 225 d'entre eux, 90 seulement restèrent en vie. Terrible ironie de l'histoire, les Rangers dont la mission consistait à désactiver les canons allemands, découvrirent avec horreur que les pièces d'artillerie avaient été retirées de la Pointe du Hoc bien avant leur arrivée. À noter que la visite s'est enrichie de panneaux d'interprétation ainsi que d'une application pour smartphones. Le Visitor Center quant à lui, tout nouveau tout beau, s'est doté d'une salle de projection. À l'initiative de l'American Battle Monuments Commission (AMBC), un troupeau de huit moutons de race lande de Bretagne est en pâture depuis plusieurs mois, participant à la sauvegarde naturelle du site. En même temps qu'ils entretiennent les trous d'obus et empêchent leur piétinement, les moutons suscitent le sourire des visiteurs.

Ce qu'en disent les utilisateurs

Un site historique qui vaut le détour

@ccmett

Blockhaus besoin carte d'identité

@louise2835

À quelques encablures de Grandcamp, le promontoire rocheux de la Pointe du Hoc fait figure de caprice de la nature. Suspendue entre ciel et mer à plus de 30 mètres au-dessus d'une crique encaissée, s'élève, aussi élancée que les remparts d'une forteresse, la masse imposante d'une falaise devenue célèbre. Fascinés par la disposition des lieux, les Allemands y édifièrent une batterie d'artillerie qu'ils voulurent imprenable. Très vite les alliés comprirent son importance stratégique et résolurent d'annihiler cette position dès l'aube du jour J. La mission fut confiée au 2 e bataillon de Rangers commandé par le lieutenant-colonel James E. Rudder. Malgré les bombardements intensifs dont les positions ennemies faisaient l'objet, le bataillon dut prendre d'assaut la falaise par grand vent et sous une pluie torrentielle. Armés de simples cordages et d'échelles, les Rangers firent l'ascension de la falaise en quelques minutes seulement. Au sommet ils découvrirent un paysage lunaire, émaillé de gigantesques crevasses et défiguré par les bombardements. Seuls face à l'ennemi, ils engagèrent un combat qui se révéla terriblement meurtrier. Sur 225 d'entre eux, 90 seulement restèrent en vie. Terrible ironie de l'histoire, les Rangers dont la mission consistait à désactiver les canons allemands, découvrirent avec horreur que les pièces d'artillerie avaient été retirées de la Pointe du Hoc bien avant leur arrivée. À noter que la visite s'est enrichie de panneaux d'interprétation ainsi que d'une application pour smartphones. Le Visitor Center quant à lui, tout nouveau tout beau, s'est doté d'une salle de projection. À l'initiative de l'American Battle Monuments Commission (AMBC), un troupeau de huit moutons de race lande de Bretagne est en pâture depuis plusieurs mois, participant à la sauvegarde naturelle du site. En même temps qu'ils entretiennent les trous d'obus et empêchent leur piétinement, les moutons suscitent le sourire des visiteurs.

@thais.cesto

La meilleure expérience Mapstr est sur l'application mobile.
Enregistrez vos meilleures adresses, partagez les plus belles avec vos amis, découvrez les recommendations de vos magazines et influcenceurs préférés.