Rue Kasbat Nhas

Rue Kasbat Nhas

Rue Kasbat Nhas Marrakech, Marrakech Morocco

http://www.tombeaux-saadiens.com/en/
+212524378163
Enregistré par
678
utilisateurs
Principaux #tags

#Visite

#A visiter

#Culture

#Musée

Vous êtes le propriétaire ?
Connectez-vous pour modifier vos informations et accéder à vos statistiques détaillées.
Accéder à votre espace

Approuvé par 8 partenaires officiels

Marrakech - Essaouira  2018

Marrakech - Essaouira 2018

Les mausolées des princes de la dynastie saadienne, qui a régné sur Marrakech et le Maroc pendant 125 ans, sont construits à la fin du XVIe siècle par Ahmed le Doré. Ils doivent embellir la koubba où reposent les dépouilles de son père, Moulay Abdallah, de son grand-père, Mohammed ech-Cheikh, fondateur de la dynastie saadienne, ainsi que du sultan marinide Abou el-Hassan, inhumé ici en 1359. Ces tombeaux sont l'unique vestige de la grandeur d'une dynastie dont l'attachement au développement des arts et des relations diplomatiques avec le reste du monde valut à Marrakech une partie de sa renommée au-delà des mers. Ahmed el-Mansour, à qui la ville doit déjà la construction de l'incomparable palais El Badi, veut faire de ces mausolées les chefs-d'oeuvre de l'art marrakchi. Décorés de damiers de zelliges multicolores, bordés d'arabesques, voûtés de stalactites de stuc et ornés de marbre d'Italie, ces tombeaux sont d'une telle beauté que lorsque Marrakech tombe entre les mains des Alaouites, en 1654, le sultan Moulay Ismaïl, pourtant enclin à raser tout ce qui évoquait le faste de ses prédécesseurs (par exemple, le palais El Badi) n'ose pas y toucher. Il décide seulement de les entourer d'une enceinte où seuls quelques fidèles pourront pénétrer par une porte dérobée, située dans la mosquée de la Kasbah. L'existence des tombeaux saadiens n'a été révélée au public qu'en 1917. Un couloir d'accès est percé à côté de la mosquée afin de permettre aux non-musulmans d'admirer, du riad qui les entoure, cet ensemble architectural en parfait état de conservation où reposent 66 membres de cette illustre dynastie.A moins que vous ne parliez couramment l'arabe, les informations figurant dans cette nécropole vous laisseront un peu perplexe. Pour vous aider dans cette visite, voici quelques précisions. Juste après l'entrée, se trouve la salle de prière. A l'origine, elle n'était pas destinée à recevoir des tombes. Vous découvrirez un bel oratoire divisé en trois nefs par quatre colonnes de marbre blanc. A gauche, le mihrab, est enchâssé dans un décor raffiné. En face de ce dernier, une belle porte donne accès à la grande salle funéraire, également appelée la salle des Rois.C'est au centre de cette salle que repose Ahmed le Doré, mort de la peste en 1603. 12 colonnes de marbre de Carrare (échangé contre du sucre à l'époque !) soutiennent la superbe coupole en bois de cèdre sculpté et parsemé d'or. Autour de lui, reposent les membres de sa famille et 3 de ses successeurs. Sur la droite, la salle des Princes contient les tombes des enfants (c'est logique !). Dans le jardin, reposent, serviteurs et épouses. La cour, où se trouvent les tombes des serviteurs de la dynastie, vous mène à un second mausolée, couvert de tuiles vernissées vertes et dédiée à Lalla Messaouda, la mère de Ahmed le Doré, qui fut inhumée ici en 1591 dans un sarcophage de marbre blanc sculpté.

MAROC

MAROC

Les mausolées des princes de la dynastie saadienne, qui a régné sur Marrakech et le Maroc pendant 125 ans, sont construits à la fin du XVI e siècle par Ahmed le Doré. Ils doivent embellir la koubba où reposent les dépouilles de son père, Moulay Abdallah, de son grand-père, Mohammed ech-Cheikh, fondateur de la dynastie saadienne, ainsi que du sultan marinide Abou el-Hassan, inhumé ici en 1359. Ces tombeaux sont l'unique vestige de la grandeur d'une dynastie dont l'attachement au développement des arts et des relations diplomatiques avec le reste du monde valut à Marrakech une partie de sa renommée au-delà des mers. Ahmed el-Mansour, à qui la ville doit déjà la construction de l'incomparable palais El Badi, veut faire de ces mausolées les chefs-d'oeuvre de l'art marrakchi. Décorés de damiers de zelliges multicolores, bordés d'arabesques, voûtés de stalactites de stuc et ornés de marbre d'Italie, ces tombeaux sont d'une telle beauté que lorsque Marrakech tombe entre les mains des Alaouites, en 1654, le sultan Moulay Ismaïl, pourtant enclin à raser tout ce qui évoquait le faste de ses prédécesseurs (par exemple, le palais El Badi) n'ose pas y toucher. Il décide seulement de les entourer d'une enceinte où seuls quelques fidèles pourront pénétrer par une porte dérobée, située dans la mosquée de la Kasbah. L'existence des tombeaux saadiens n'a été révélée au public qu'en 1917. Un couloir d'accès est percé à côté de la mosquée afin de permettre aux non-musulmans d'admirer, du riad qui les entoure, cet ensemble architectural en parfait état de conservation où reposent 66 membres de cette illustre dynastie. A moins que vous ne parliez couramment l'arabe, les informations figurant dans cette nécropole vous laisseront un peu perplexe. Pour vous aider dans cette visite, voici quelques précisions. Juste après l'entrée, se trouve la salle de prière. A l'origine, elle n'était pas destinée à recevoir des tombes. Vous découvrirez un bel oratoire divisé en trois nefs par quatre colonnes de marbre blanc. A gauche, le mihrab, est enchâssé dans un décor raffiné. En face de ce dernier, une belle porte donne accès à la grande salle funéraire, également appelée la salle des Rois. C'est au centre de cette salle que repose Ahmed le Doré, mort de la peste en 1603. 12 colonnes de marbre de Carrare (échangé contre du sucre à l'époque !) soutiennent la superbe coupole en bois de cèdre sculpté et parsemé d'or. Autour de lui, reposent les membres de sa famille et 3 de ses successeurs. Sur la droite, la salle des Princes contient les tombes des enfants (c'est logique !). Dans le jardin, reposent, serviteurs et épouses. La cour, où se trouvent les tombes des serviteurs de la dynastie, vous mène à un second mausolée, couvert de tuiles vernissées vertes et dédiée à Lalla Messaouda, la mère de Ahmed le Doré, qui fut inhumée ici en 1591 dans un sarcophage de marbre blanc sculpté.

GRAND SUD MAROCAIN

GRAND SUD MAROCAIN

Les mausolées des princes de la dynastie saadienne, qui a régné sur Marrakech et le Maroc pendant 125 ans, sont construits à la fin du XVI e siècle par Ahmed le Doré. Ils doivent embellir la koubba où reposent les dépouilles de son père, Moulay Abdallah, de son grand-père, Mohammed ech-Cheikh, fondateur de la dynastie saadienne, ainsi que du sultan marinide Abou el-Hassan, inhumé ici en 1359. Ces tombeaux sont l'unique vestige de la grandeur d'une dynastie dont l'attachement au développement des arts et des relations diplomatiques avec le reste du monde valut à Marrakech une partie de sa renommée au-delà des mers. Ahmed el-Mansour, à qui la ville doit déjà la construction de l'incomparable palais El Badi, veut faire de ces mausolées les chefs-d'oeuvre de l'art marrakchi. Décorés de damiers de zelliges multicolores, bordés d'arabesques, voûtés de stalactites de stuc et ornés de marbre d'Italie, ces tombeaux sont d'une telle beauté que lorsque Marrakech tombe entre les mains des Alaouites, en 1654, le sultan Moulay Ismaïl, pourtant enclin à raser tout ce qui évoquait le faste de ses prédécesseurs (par exemple, le palais El Badi) n'ose pas y toucher. Il décide seulement de les entourer d'une enceinte où seuls quelques fidèles pourront pénétrer par une porte dérobée, située dans la mosquée de la Kasbah. L'existence des tombeaux saadiens n'a été révélée au public qu'en 1917. Un couloir d'accès est percé à côté de la mosquée afin de permettre aux non-musulmans d'admirer, du riad qui les entoure, cet ensemble architectural en parfait état de conservation où reposent 66 membres de cette illustre dynastie. A moins que vous ne parliez couramment l'arabe, les informations figurant dans cette nécropole vous laisseront un peu perplexe. Pour vous aider dans cette visite, voici quelques précisions. Juste après l'entrée, se trouve la salle de prière. A l'origine, elle n'était pas destinée à recevoir des tombes. Vous découvrirez un bel oratoire divisé en trois nefs par quatre colonnes de marbre blanc. A gauche, le mihrab, est enchâssé dans un décor raffiné. En face de ce dernier, une belle porte donne accès à la grande salle funéraire, également appelée la salle des Rois. C'est au centre de cette salle que repose Ahmed le Doré, mort de la peste en 1603. 12 colonnes de marbre de Carrare (échangé contre du sucre à l'époque !) soutiennent la superbe coupole en bois de cèdre sculpté et parsemé d'or. Autour de lui, reposent les membres de sa famille et 3 de ses successeurs. Sur la droite, la salle des Princes contient les tombes des enfants (c'est logique !). Dans le jardin, reposent, serviteurs et épouses. La cour, où se trouvent les tombes des serviteurs de la dynastie, vous mène à un second mausolée, couvert de tuiles vernissées vertes et dédiée à Lalla Messaouda, la mère de Ahmed le Doré, qui fut inhumée ici en 1591 dans un sarcophage de marbre blanc sculpté.

Refuse to hibernate’s Map

Refuse to hibernate’s Map

Ginevra Iorio

Ginevra Iorio

Marion Bertorello

Marion Bertorello

Vagabondanse

Vagabondanse

Laurine MN

Laurine MN

Ce qu'en disent les utilisateurs

https://lizziecala.fr/2020/04/17/visites-incontournables-de-marrakech/

@lizziecala

époque du grand sultan Ahmed al-Mansur Saadi. Ces tombeaux ne furent découverts que vers 1917, puis restaurés par le service des Beaux-Arts.

@pauline.les

L’entrée est peu chère, la visite mérite le déplacement. Tu pourras admirer des tombes ancestrales avec des zelliges au milieu des rosiers !

@so.ptr

Pas beaucoup de choses à voir... "tourisme en file indienne"

@gentlestache

Tombeaux à voir absolument ! Des salles magnifiques sculptées de tous les côtés. Des pièces d’une richesse inestimable ! À voir !

@melaniehugot

La meilleure expérience Mapstr est sur l'application mobile.
Enregistrez vos meilleures adresses, partagez les plus belles avec vos amis, découvrez les recommendations de vos magazines et influcenceurs préférés.