Abucol

Abucol

Kisiwandui, Zanzibar Tanzania

+255754710807
Enregistré par
20
utilisateurs
Principaux #tags

#culture

#palais

#visites - points d'interet

#a visiter

Vous êtes le propriétaire ?
Connectez-vous pour modifier vos informations et accéder à vos statistiques détaillées.
Accéder à votre espace

Approuvé par 2 partenaires officiels

ZANZIBAR

ZANZIBAR

Si, auparavant, le musée restait ouvert officieusement - du moins partiellement car une partie du palais s'est effondré en 2011 en pleine saison des pluies - il est désormais fermé au public. Le sultan d'Oman financerait une restauration interminable qui devrait prendre fin en novembre 2018, mais beaucoup craignent qu'une corruption latente siphonne les fonds et renvoie sa réouverture aux calendes grecques. A propos du palais en lui-même : construit en 1883 pour servir de résidence au 3 e sultan de l'île, Barghash, il a été pensé par un ingénieur de la marine britannique et érigé sur les ruines du palais de la reine afro-perse Fatuma qui régna sous les ordres du premier sultan Said au XVII e siècle. C'était, à l'époque, la plus grande demeure d'Afrique de l'Est, dédié aux cérémonies, réceptions et résidence du sultan, ornée de portes lourdement sculptées et gravées de versets du Coran ainsi que des sols en marbre. Cette maison fut la première à être électrifiée, puis à posséder un ascenseur : ce sont ces deux progrès qui poussèrent la communauté à l'appeler Maison des Merveilles (House of Wonders). Preuve imparable de sa modernité, elle était reliée par des passerelles (appelés  wikios ) aux palais adjacents, pour permettre aux femmes du palais de circuler sans être vues de la rue. Elle fut miraculeusement épargnée par le bombardement de la guerre éclair menée par les Anglais en 1986, contrairement au palais voisin Beit al-Hukum. La structure imposante est surmontée d'un clocher ajouté un an après, dont horloge fonctionne toujours, mais marque le temps swahili (enlever 6 heures) ! Le palais fut occupé par la suite par les Britanniques à partir de 1911 et comme siège du parti politique CCM après la révolution, avant de devenir musée national. Devant la porte principale sculptée d'animaux et en face, au bord de l'eau, on peut voir trois canons portant les sceaux de rois portugais du XVI e siècle, confisqués par les Perses pendant la bataille mais redonnés plus tard au sultan d'Oman, qui les ramena à Zanzibar.

TANZANIE

TANZANIE

Si, auparavant, le musée restait ouvert officieusement - du moins partiellement car une partie du palais s'est effondré en 2011 en pleine saison des pluies - il est désormais fermé au public. Le sultan d'Oman financerait une restauration interminable qui devrait prendre fin en novembre 2018, mais beaucoup craignent qu'une corruption latente siphonne les fonds et renvoie sa réouverture aux calendes grecques. A propos du palais en lui-même : construit en 1883 pour servir de résidence au 3 e sultan de l'île, Barghash, il a été pensé par un ingénieur de la marine britannique et érigé sur les ruines du palais de la reine afro-perse Fatuma qui régna sous les ordres du premier sultan Said au XVII e siècle. C'était, à l'époque, la plus grande demeure d'Afrique de l'Est, dédié aux cérémonies, réceptions et résidence du sultan, ornée de portes lourdement sculptées et gravées de versets du Coran ainsi que des sols en marbre. Cette maison fut la première à être électrifiée, puis à posséder un ascenseur : ce sont ces deux progrès qui poussèrent la communauté à l'appeler Maison des Merveilles (House of Wonders). Preuve imparable de sa modernité, elle était reliée par des passerelles (appelés  wikios ) aux palais adjacents, pour permettre aux femmes du palais de circuler sans être vues de la rue. Elle fut miraculeusement épargnée par le bombardement de la guerre éclair menée par les Anglais en 1986, contrairement au palais voisin Beit al-Hukum. La structure imposante est surmontée d'un clocher ajouté un an après, dont horloge fonctionne toujours, mais marque le temps swahili (enlever 6 heures) ! Le palais fut occupé par la suite par les Britanniques à partir de 1911 et comme siège du parti politique CCM après la révolution, avant de devenir musée national. Devant la porte principale sculptée d'animaux et en face, au bord de l'eau, on peut voir trois canons portant les sceaux de rois portugais du XVI e siècle, confisqués par les Perses pendant la bataille mais redonnés plus tard au sultan d'Oman, qui les ramena à Zanzibar.

La meilleure expérience Mapstr est sur l'application mobile.
Enregistrez vos meilleures adresses, partagez les plus belles avec vos amis, découvrez les recommendations de vos magazines et influcenceurs préférés.