author cover
iphone svg preview map mapstr
partner picture

TCHAD

par Petit Futé 30 followers 133 places Suivre

La ville est fondée par Emile Gentil le 29 mai 1900, sur l'emplacement d'un petit village kotoko. Elle est baptisée Fort-Lamy, en souvenir du commandant Lamy, décédé lors de la bataille de Kousseri quelques semaines plus tôt ; bataille au cours de laquelle le grand négrier Rabah a également trouvé la mort, ce qui met un point d'arrêt à sa mainmise sur le pays. Le 6 septembre 1973, le président Tombalbaye, en pleine période de "" révolution culturelle "" et cherchant à gommer toute trace d'influence française dans le pays, la renomme N'Djamena, du nom d'un village arabe voisin. Sur le plan historique, on aurait dû la baptiser d'un nom kotoko ou sao, puisqu'elle est bâtie sur les ruines d'un ancien village de cette tribu et entourée de buttes sao (ces buttes ont été rasées lors de la construction du Novotel et de l'ambassade de France). Am Djamena signifie en arabe "" le lieu où l'on se repose "", car on y trouvait à l'époque de nombreux arbres à l'ombre desquels il faisait bon s'assoupir.Les premiers habitants sont les prisonniers de guerre de l'armée rabiste auxquels on a octroyé la liberté, accompagnés des anciens esclaves qui peuplaient en masse le camp du grand négrier et de soldats saras enrôlés dans l'armée française. On fait également venir quelques commerçants et artisans, pour compléter la panoplie. La langue arabe, langue de l'armée de Rabah, s'impose donc dès le début comme langue véhiculaire dans la cité. En 1911, la ville comprend déjà 4 000 habitants, plus 60 Blancs. Les habitants se répartissent en seize tribus vivant dans quatre quartiers différents, les plus peuplés étant les quartiers arabes et saras.La ville devient alors une agréable halte sur le chemin des caravanes nord-sud. De plus, étant située sur la route du pèlerinage à La Mecque, empruntée par les musulmans pratiquants de l'Afrique de l'Ouest, elle connaît vite un afflux de Haoussa, venus du Nigeria et du Niger, pour y implanter des structures d'accueil, faisant ainsi profiter la bourgade de la manne représentée par les pèlerins. Pourtant la capitale continue à vivoter, ne comptant toujours, en 1927, que 4 000 habitants, bien moins qu'au sein de ses grandes rivales traditionnelles comme Abéché et Massenya.L'année 1920, celle de l'accession du pays au rang de colonie civile, voit la construction du premier hôpital et de la première école, qui sera fréquentée par les enfants des "" Sudistes "" et ceux des tirailleurs sénégalais.La ville ne prend son essor économique qu'à partir des années 1930, avec l'arrivée des commerçants libanais, grecs et arméniens, et le développement du commerce avec le Nigeria, qui fournit déjà du pétrole au pays et importe du bétail, du poisson et du natron.Durant la Seconde Guerre mondiale, sa situation stratégique au coeur de l'Afrique ainsi que son précoce ralliement à la France libre en ont fait la troisième base aérienne...

https://www.petitfute.com/
lock content img blurred

Ce contenu est payant et disponible sur l'application mapstr

La meilleure expérience Mapstr est sur l'application mobile.
Enregistrez vos meilleures adresses, partagez les plus belles avec vos amis, découvrez les recommendations de vos magazines et influcenceurs préférés.