Musée du scaphandre

Musée du scaphandre

38 Rue Droite, 12500 Espalion, France

http://www.museeduscaphandre.com/
+33565440918
Enregistré par
5
utilisateurs
Principaux #tags

#Musée spécialisé

#Visites - Points d'intérêt

#Musée

Vous êtes le propriétaire ?
Connectez-vous pour modifier vos informations et accéder à vos statistiques détaillées.
Accéder à votre espace

Approuvé par 2 partenaires officiels

AVEYRON

AVEYRON

Le scaphandre les pieds dans l'eau du Lot et les bathyscaphes qui trônent devant le musée en plein centre d'Espalion auront sans doute surpris plus d'un touriste : pourquoi un tel musée au coeur de l'Aveyron ? Eh bien, c'est simple : le premier scaphandre autonome moderne a été mis au point en 1864 par deux enfants de la ville, Benoît Rouquayrol et Auguste Denayrouse, qui travaillaient à la mine de Decazeville. Le premier, ingénieur des mines, avait mis au point un système de régulateur des gaz comprimés destiné aux appareils de secours en atmosphère irrespirable. Le second, officier de marine, eut l'idée d'adapter ce régulateur à la plongée sous-marine. Ensemble, ils mirent au point le scaphandre autonome avec un réservoir sous pression et un détendeur à membrane. Les premiers essais furent effectués dans le Lot. Une association locale a voulu rendre hommage à ces inventeurs, en ouvrant en 1980 ce musée, particulièrement bien doté en matériel de plongée, de provenances et d'âges divers : scaphandres modernes ou historiques, petits sous-marins, tourelle de plongée, lampes, lunettes appareil-photo étanche... Au total, ce ne sont pas moins de 400 pièces, maquettes ou documents que l'on peut découvrir ici. Le meilleur ambassadeur du scaphandre Rouquayrol fut Jules Verne qui découvrit l'invention à l'exposition universelle de Paris, et en équipa son Capitaine Nemo dans " Vingt mille lieues sous les mers ". Quant à Hergé, il a envoyé Tintin à la recherche du vaisseau La Licorne dans un scaphandre identique à ceux que l'on découvrira ici...

LA VOIE DU PUY EN VELAY

LA VOIE DU PUY EN VELAY

Le scaphandre les pieds dans l'eau du Lot et les bathyscaphes qui trônent devant le musée en plein centre d'Espalion auront sans doute surpris plus d'un touriste : pourquoi un tel musée au coeur de l'Aveyron ? Eh bien, c'est simple : le premier scaphandre autonome moderne a été mis au point en 1864 par deux enfants de la ville, Benoît Rouquayrol et Auguste Denayrouse, qui travaillaient à la mine de Decazeville. Le premier, ingénieur des mines, avait mis au point un système de régulateur des gaz comprimés destiné aux appareils de secours en atmosphère irrespirable. Le second, officier de marine, eut l'idée d'adapter ce régulateur à la plongée sous-marine. Ensemble, ils mirent au point le scaphandre autonome avec un réservoir sous pression et un détendeur à membrane. Les premiers essais furent effectués dans le Lot. Une association locale a voulu rendre hommage à ces inventeurs, en ouvrant en 1980 ce musée, particulièrement bien doté en matériel de plongée, de provenances et d'âges divers : scaphandres modernes ou historiques, petits sous-marins, tourelle de plongée, lampes, lunettes appareil-photo étanche... Au total, ce ne sont pas moins de 400 pièces, maquettes ou documents que l'on peut découvrir ici. Le meilleur ambassadeur du scaphandre Rouquayrol fut Jules Verne qui découvrit l'invention à l'exposition universelle de Paris, et en équipa son Capitaine Nemo dans " Vingt mille lieues sous les mers ". Quant à Hergé, il a envoyé Tintin à la recherche du vaisseau La Licorne dans un scaphandre identique à ceux que l'on découvrira ici...

La meilleure expérience Mapstr est sur l'application mobile.
Enregistrez vos meilleures adresses, partagez les plus belles avec vos amis, découvrez les recommendations de vos magazines et influcenceurs préférés.